Matériels audités
De GES (CO2) en moins
Litres d'eau économisés
MJ d'énergie sauvée

SNCF Mobil’IZ : nouvelle vie pour les smartphones

14 décembre 2021

Quand la SNCF a dû changer les smartphones de l’ensemble de ses agents de la relation clients, l’équipe projet (dénommé en interne Mobil’IZ) a intégré une réflexion de numérique responsable tant sur le devenir des matériels remplacés que sur les nouveaux modèles et leur cycle de vie. Interview du Directeur de projet Benoit Pasquier.

Quel était le contexte de votre projet ?

Le projet Mobil’IZ a eu pour but de doter en smartphones les agents de la vente et remplacer ceux des contrôleurs et agents d’escale tout en en unifiant la gestion afin qu’elle devienne plus vertueuse notamment en termes d’acquisition et de gestion de fin de vie. Nous avons dès le début du projet eu l’ambition d’une démarche économique et environnementale ; des acquisitions contrôlées en continue et adaptées au besoin réel ainsi qu’une politique de réemploi pour limiter « l’effet carbone ». 

Pourquoi avoir choisi de retraiter l’ensemble des smartphones avec une Entreprise Adaptée ?

Le fait de choisir une entreprise française travaillant qui plus est dans le secteur adapté avait un double objectif :

  • Environnemental par la rationalisation et la limitation des transports et des distances
  • Sociétal en permettant la création d’emplois solidaires, auquel nous avons ajouté un don à une association

Pourquoi avoir choisi un modèle de smartphone renforcé ?

L’introduction, pour la première fois, d’un matériel de ce type dans la présélection du projet a notamment été motivée par un taux de casse très important sur les anciennes flottes en particulier celle du bord au regard des conditions d’usage particulières. Plus la casse est importante plus cela à un coût pour l’entreprise et … l’environnement. Choisir un matériel renforcé avait donc un double objectif, diminuer le coût des SAV et donc celui de l’empreinte carbone de la flotte. En outre, ce matériel est celui dont la batterie avait la durabilité la plus élevée. Là encore, nous étions gagnants tant sur l’économique que l’opérationnel et l’environnemental.  

Quelle a été l’organisation sur le terrain pour récupérer tous ces smartphones ?

Tout a commencé « chez nous », dans nos bureaux, avec l’identification de l’ensemble des agents devant être dotés afin de savoir lesquels avaient déjà un smartphone professionnel métier et lesquels étaient des primo-dotés. Ensuite, dans le processus de dotation, expliqué à l’ensemble des relais sur le terrain, il a été précisé qu’un agent déjà doté ne percevrait le nouveau matériel qu’en échange de l’ancien. Une fois tous les agents d’un site dotés, les matériels étaient renvoyés chez notre intégrateur qui devait effectuer un premier tri pour conserver environ 1200 smartphones compatibles avec le nouvel écosystème mis en place puis expédier tous les autres matériels chez Olinn, en charge du réemploi. Le déploiement ayant été organisé en plusieurs vagues, les expéditions pour réemploi ont été calquées sur ces vagues pour limiter les transports.

À noter que nous avons profité de cette organisation pour également reprendre tous les matériels obsolètes que les établissements pouvaient trouver et dont ils n’avaient plus l’usage. Peu importe qu’ils n’aient pas été de notre périmètre. Il y avait une opportunité et nous l’avons fait saisir par le terrain.

Aujourd’hui encore, nous continuons à récupérer et réemployer des matériels. Nous avons mis en place un système de collecte trimestrielle avec un seuil de volume bas, toujours pour limiter les impacts liés au transport.

Comment ont réagi les agents SNCF à la mise en place de ce circuit de réemploi solidaire ?

L’accueil de cette démarche et le choix d’une entreprise adaptée ont été extrêmement positifs et même salués par les agents. Il y a eu une compréhension totale et un soutien fort de la démarche. Certains agents nous ont même sollicité pour savoir s’ils pouvaient renvoyer leur propre matériel personnel.

Quelle association avez-vous choisi de soutenir ?

Une partie de la somme récoltée, grâce à la revalorisation, a été versée à l’Orphelinat National des Chemins de Fer de France (ONCF). L’association participe à l’amélioration du quotidien, et ce jusqu’à la fin de leurs études, des orphelins des cheminots qui avaient adhérés, notamment par le biais de soutiens financier ou administratif et même social par l’organisation de voyages et d’activités variées.

Quel mot diriez-vous aux entreprises pour les inviter à rejoindre l’initiative ?

Garder de vieux matériels informatiques, digitaux, dans les placards et tiroirs est non seulement une nuisance visuelle et une perte d’espace de stockage mais également une aberration environnementale. Beaucoup de ces matériels sont encore fonctionnels et s’ils sont obsolètes pour certains ils peuvent quand même avoir une seconde vie et éviter de l’achat neuf et donc une production de carbone ou équivalent carbone. Participez au grand nettoyage de vos espaces professionnels et améliorez votre air en donnant une nouvelle vie à vos matériels ou en les recyclant pour réutiliser les composants pour éviter d’avoir à en créer de nouveaux bien plus polluants ! 

Partagez notre actualité sur vos réseaux sociaux.
Taille de caractère
Couleurs